La Recherche Locale , L’information plus proche de vous !

Quand on parle de recherche sur internet, on pense le plus souvent à la recherche contextuelle :

Je fais une requête en relation directe avec mon sujet et le moteur de recherche me retourne des résultats cohérents avec cette dernière. Google, Bing et les autres moteurs ont cet objectif de rendre les SERP (Search Engines Result Pages) le plus cohérent possible avec les recherches contextuelles.

Mais l’ambiguïté de certaines recherche rendent la tache difficile aux moteurs. Par exemple si j’entre « Restaurant » dans Google, qu’est-ce que je recherche ?

– La définition ?

– Un lieu ou me restaurer ce soir ?

– Autre chose ?

Cependant les moteurs ont trouvé plusieurs moyen de garder leur résultat pertinent même dans des cas obscurs tel que celui-ci : La géolocalisation. Ainsi quand je tappe restaurant, Google détecte l’origine de mon adresse IP et m’indique via Google Adresse des restaurant dans la région. Si je dis région c’est parce que cette localisation est imparfaite, ainsi étant à Blagnac il m’indique des restaurants de Toulouse, alors que ceux de la ville de Blagnac seraient plus pertinent.

-Google Map

-Recherche Google géo-localisé

-Avec un appareil mobile

Le mobile est également un puissant outils pour la recherche locale. En effet vos données de localisation peuvent se coupler avec certaines applications et réseaux (tels que Foursquare). Ainsi vous pouvez recevoir des notification vous indiquant les hotspot (endroits intéressant du secteur)

Publicités

Vous aimez lire la presse ? vous allez adorer l’outil newsmap

Newsmap: Un concept novateur et intelligent 

Newsmaps a été crée et développé en 2004 par Marcos Weskamp, un designer japonais. Cette application pourrait être caractérisé comme un agrégateur graphique permettant de voir l’actualité de la presse sous un nouvel angle .L’utilisateur n’a pas besoin de faire d’inscription avec des identifiants. En effet, il peut se connecter directement sur le site.

 Newsmap est une application trés intelligente qui fait une photographie des actualités du moment. Cette application fonctionne grâce à Google news qui regroupe une multitude de sites et permettant de filtrer l’information selon les thématiques ( international, nationale, loisirs, économie, santé, hightec ) . A titre d’information, 500 sites de sources francophones sont référencés contre environ 4500 anglophones.

De nombreux avantages…

L’utilisateur a la possibilité de choisir la nationalité de ses informations. L’originalité de newsmap réside  dans son interface très colorée et ludique ; les actualités affichées sous la forme d’une  cartographie permet à l’utilisateur de naviguer en toute simplicité. Comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus, la taille du contenue est proportionnelle par rapport à la popularité et la pertinence de l’information.

L’aspect visuel de l’application est trés bien pensé. En effet, chaque couleur correspond à une rubrique d’actualité   Rouge pour l’international, bleu pour le business, vert pour le sport ) . Newsmap est actualisé  toutes les 10 minutes; ce qui vous permet être toujours à la page des fils d’actualités les plus en vogue.  Un des avantages les plus intéressant est la possibilité de pouvoir faire partager vos actualités en direct à vos amis via les réseaux sociaux. Le point qui a  attiré notre attention est l’absence total de publicité sur un site totalement gratuit !  .

La note du Crew pour cet outil:  9/10  


Vos commentaires sont-ils dignes de confiance ?

Aujourd’hui le Crew de l’Info se penche sur un phénomène bien présent sur le net : les commentaires des internautes.

Beaucoup de personnes utilisent les forums spécialisés et les commentaires des sites internet pour rechercher de l’information sur Internet. C’est simple, beaucoup de questions basiques sont plus ou moins bien résolues sur les forums ou sites marchands. Que l’ont veuille connaître le nom d’une chanson, connaître les différents avis sur un hôtel pour des vacances ou savoir quel est le meilleur moyen de trouver des ouvrages de référence universitaire.

Mais peut-on réellement faire confiance aux informations laissées par son voisin ?

En tous cas, la confiance des internautes envers les commentaires sur Internant est grandissante :

Selon un sondage Ipsos de juin 2011, plus de deux Français sur trois utilisent désormais la toile pour s’informer sur leurs prochains achats , et plus de 94% chez les moins de 25 ans. Des sites toujours plus nombreux proposent même aux internautes de déposer leur propre commentaire sur un lieu, un restaurant, un livre, un dvd… A l’origine, ce concept basé sur le « je l’ai testé pour vous » rencontre aujourd’hui ses limites. On accuse même certaines entreprises de produire des faux avis sur leurs produits. Le secrétaire d’Etat au commerce et au tourisme de l’ancien gouvernement Frédéric Lefebvre avait annoncé vouloir lutter contre la déviance de certains sites web. A sa demande la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) mène l’enquête, il faudra cependant attendre de voir comment se positionne le nouveau gouvernement de François Hollande sur cette question. Un problème d’autant plus important que 75% des consommateurs tiendraient compte de ces avis (toujours d’après IPSOS).

Et il est vrai que l’internaute se fie à ces avis, toutes les études le prouvent, partout dans le monde, comme celle de la société Marketing Sherpa qui révèle que 87% des consommateurs se fient plus à la recommandation d’un ami qu’à l’avis d’un critique spécialisé. Pourquoi ? Parce qu’un ami bien réel, un ami sur Facebook ou un autre internaute est juste un consommateur « comme lui », avec des motivations et une sensibilité similaires. Il se méfie des « experts » des guides pour lesquels critiquer un hôtel ou un restaurant est un métier, qui sont payés pour donner des notes selon des critères préétablis et, par conséquent, dont le jugement n’est pas celui d’un consommateur « normal ».

Le Crew de l’Info vous conseille de relativiser ces informations et d’apprécier les avis des internautes avec un peu de recul, puisque tout d’abord un avis est subjectif, nous n’avons heureusement pas tous le même regard sur les choses. Ce qui est beau pour l’un ne va pas l’être pour un autre, ce qui est essentiel aux yeux d’un internaute sera perçu comme accessoire pour tel autre. Ensuite, un avis est fonction d’un moment, d’une humeur, d’un ressenti. Vous pouvez très bien rencontrer un problème qui ne sera que très ponctuel mais en déduire consciemment ou non une généralité en postant un avis.

Un bon moyen de réguler les avis affluents des internautes pour un site marchand surtout est d’adapter le module des commentaires, par exemple le site Amazon, ne permet l’accès à la rédaction de commentaires qu’aux personnes ayant acheté le produit. Cela permet d’éviter les commentaires intempestifs et viraux.

Cependant on observe de plus en plus avec l’arrivée du S-Commerce une régularisation et un sérieux dans les commentaires grandissant. En effet, il est de plus en plus récurrent que les internautes signent leurs commentaires avec leur profil Facebook, ce qui les responsabilisent et ainsi rend le « faux commentaire » plus embarrassant. L’anonymat qui protège les menteurs disparaît.

Faites-nous part plus bas de vos retours d’expérience sur le sujet.


Analysez vos concurrents

Dans cet article nous allons vous apprendre à récolter de nombreuses informations sur vos concurrents.

Commencer une stratégie internet peut s’avérer un véritable challenge.  Souvent (en particulier maintenant en 2012) on se rend compte que nos concurrents sont déjà présents sur la toile. Loin d’être une fatalité, cela peut s’avérer une chance. En effet encore de nos jours, beaucoup d’entreprises (en particulier les PME) négligent leurs stratégie de communication en ligne.

Première étape :

Identifier  les sites de vos concurrents. Si vous ne les connaissez pas, cherchez juste sur Google avec le(s) nom(s) de vos produits et services.

Deuxième étape :

Utilisez http://www.prchecker.info/check_page_rank.php pour voir le rang que Google donne au site de vos concurrents. La note se situe entre 0 et 10. A titre informatif sachez que Google et le maison blanche ont un PR (Page Rank) de 9, c’est donc le maximum. Cependant la plupart des sites reste bien en dessous de ce chiffre. A partir d’un PR3 vous pouvez considérer le site comme bien optimisé. A partir de 5 très bien optimisé.

Troisième étape :

Cette étape est un peu comme la deuxième. Vous allez vous rendre sur http://www.alexa.com/ . Ici un nouveau type de rank est présenté : « Alexa Rank ». Ce dernier se base sur le traffic des différents sites. Ainsi si votre Alexa rank est supérieur à celui d’un autre, cela signifie certainement que vous obtenez plus de traffic que le site avec lequel vous comparez. De plus Alexa.com vous donne certains des mots clés et des informations sur l’audience.

Quatrième étape :

Rendez-vous sur Google Adwords. Vous pouvez demander à Google de vous trouver les 100 mots clés principaux pour lequel un site est référencé. Pour pousser votre analyse rendez-vous sur http://ahrefs.com/serps/ : Vous pourrez y consulter les mots clés principaux des sites que vous analyser, ainsi que leur position dans Google.

Qui est le propriétaire de ce site internet ?

Certains sites ne sont pas clairement identifiés à une entreprise. Prenez l’adresse de ce site et allez sur http://www.domaintools.com/ . En entrant l’adresse dans la recherche Domain Tool vous retournera les informations du propriétaire. On appelle cela un « Whois ». Sachez cependant que parfois ces informations sont cachés, quand c’est le cas méfiance : le propriétaire du site a clairement indiqué qu’il souhaite rester anonyme.

En savoir plus ?

Vous pouvez voir comment vos concurrents sont référencés. Téléchargez SEO SpyGlass sur http://www.link-assistant.com/seo-spyglass/ . Installez le et entrez l’adresse du site de votre concurrent.

Sachez que vos concurrents peuvent aussi avoir accès à ces informations.


« La curation web » , C’est bien beau mais ça veut dire quoi ?

 

Vous vous sentez envahit par l’information ? Les éléments pertinents vous échappent ? Pas de panique, l’outil Scoop.it est la pour vous aider.

 La curation :

Si , la « curation » ne vous dis rien, il va falloir vous familiariser avec cette nouvelle pratique du web qui commence à fare du bruit sur la toile internet.  Nous allons faire un tour d’horizon des services offert par cet agrégateur de contenu et des possibilités en entreprise.

Avant de continuer plus loin, nous allons clarifier l’action de la curation sur le web.La Curation est le fait de chercher/ trier/ et partager l’information. C’est en 2010 que le terme curation fait sa premiére apparition en France.  Il est necessaire de bien faire la distinction avec

l’agrégation :  Sélection des sources qui produisent du contenue

  ≠

 La curationL’ éditorialisation des sources de contenu qualifié 

L’objectif principal de la curation est d’obtenir une vision d’ensemble d’une information à une instant T. La curation permet également de synthétiser un flux d’information en créant des wiki temporaires. 

   L’outil Scoop.it :  

Le fonctionnement de scoop.it est trés simple d’utilisation. Aprés avoir choisit un théme, l’utilisateur va regrouper des liens de                         pages web et des articles pour délivrer aux utilisateurs un pannel d’informations sur le sujet abordé  .

 L’internaute aura une page spécialisé sur un thème qu’il va alimenter régulièrement. Cette plateforme à pour objectif de montrer une suggestions de liens automatisés pertinents .Vous souhaiter comprendre l’univers de scoop.it en image –> Suivez ce lien (en anglais) 

Scoot.it est en quelque sort un intermédiaire entre Twitter et  un  blog:

  • Le blog, par le coté personnel et éditorial (sentiment de propriété)
  • Twitter: par la simplicité de la fonction partage permise par le bookmarklet qui intégre la page en un seul clic.

  « Scoop it « s’oriente clairement sur la création de topics verticaux mais en faisant la place à la rapidité et à la facilité »

 
Une offre à destination des entreprises:

La curation en entreprises apporte de multiples avantages:

  • 1) Une optimisation du temps. Le curator maîtrise le domaine dans lequel il fait sa curation.
  • 2) Une mise en avant de contenus riches et multiples à destination de vos clients ( images, sons, vidéos).
  • 3) Un accroissement du référencement naturel des contenus en interne.
  • 4) Favorise l’émulation et le challenge dans l’entreprise entre les salariés.

Voici un déclaration de Marc Rougier, dirigeant et créateur de la plateforme scoop it:

« Certaines entreprises ont besoin d’exister sur le net. Cela demande une certaine fréquence de publication et une homogénéité de sujet. Souvent les entreprises paient des stagiaires pour faire ce travail que l’on appelle content marketing. C’est là que la curation est une solution car elle permet un gain de temps et d’efficacité. Scoop.it permet aussi la rediffusion sur les réseaux sociaux facilement ». 

Ce schéma  présenté sous la forme de  questions/ réponses, vous permet de repérer les outils de curation adapté aux besoins de votre marque. 

La note du Crew pour cet outil : 7/10


Simplifiez vos études Marketing sur les Réseaux Sociaux

Les termes tels que « Social Marketing » ou encore « Social Strategy » ne vous sont peut être pas encore familier (tant les évolutions sont rapides dans le secteur) mais ils seront bientôt parmi

Une des difficultés avec les réseaux sociaux est d’obtenir des informations précises sur son marché. Le site que je vais vous présenter aujourd’hui est socialbakers.com. Ce dernier vous permet de recueillir de nombreuses informations tels que les tendances, les statistiques des principaux réseaux sociaux dans les différent pays du monde etc.

Voici par exemple les statistiques de la France :

Outre ces données vous y trouverais également un grand nombre d’article sur comment mener à bien votre stratégie sociale. Seul bémol : Le site est entièrement en anglais.

Pour les entreprises internationales il faudra compter avec les différences culturelles d’un pays à l’autre. La Chine est très basse dans le classement de Facebook. Il serait facile d’imaginer que le pays est peu porté sur le concept des réseaux sociaux, ou encore qu’il est trop peu développé pour que ces derniers y prennent essor. Cela ne saurait être plus faux.

En effet Facebook, Twitter et Google+y sont bloqué. Ce qui explique leur positions dans le classement. Voici un tableau, classement des réseaux sociaux dans le monde.

Ainsi Pensez aux différences culturelles lors de l’élaboration de vos stratégies sociales à l’internationale.

Bonne lecture !


Prenez du recul sur la « Tweetosphère » !

Ce tutoriel  vous permettra de cerner les différentes étapes pour mieux gérer votre e-réputation sur Tweeter.  

L’outil « docteur Tweety »  est la première solution de veille entièrement dédiée au réseau social Tweeter.  Ci dessous, nous avons résumé ses principales fonctions:

  • Evaluez la pertinence de vos campagnes sur Tweeter
  • Observez les influenceurs sur un sujet précis
  • Effectuez des recherches en temps réel
  • Paramétrez vos alertes mails
  • Surveillez et anticipez les crises sur des sujets « chauds »
  • Avoir une tendance générale sur l’état de santé de la Tweetosphère  des dernières 24 H.

Vous professionnel vous devez adopter tweeter!

Si vous êtes un professionnel , vous devez faire un travail de veille le plus souvent possible afin de surveiller vos concurrents et vos partenaires.  Tweeter vous permet également de visualiser les conversations qui se disent sur votre entreprise dans le but de ressortir les informations pertinentes pour créer des arguments commercial.  Cet exercice vous permettra d’avoir un avantage concurrentiel et de vous différentier.

Si vous ne voyez pas encore l’utilité de votre présence sur tweeter pour améliorer votre stratégie de communication global ; Nous vous conseillons de créer un compte tweeter institutionnel. Ainsi vous verrez que sans rien faire , des personnes vont s’abonner à votre compte exclusivement par rapport à l’image de votre entreprise. Ce système vous permettra d’avoir une capacité de communication beaucoup plus  pertinente.

La note du Crew pour cet outil : 8/10


Soignez votre e-réputation !

Eric Lamidieu est passionné par le web et ses usages ;  En plus de son activité principale, il enseigne à des étudiants l’e-management, la veille en entreprise, les communautés virtuelles.

Nous avons interrogé Eric Lamidieu , Business process expert chez Scheinder Electric.  Scheider Electric est un groupe industriel international implanté dans  plus de 100 pays. Ce spécialiste mondial de la gestion de l’énergie propose des solutions intégrées rendant la gestion de l’énergie plus sure et plus efficace pour ses clients. L’entreprise met en place des solutions de gestion pour différents marchés comme la construction ou l’industrie

Monsieur Lamidieu  a mis  en place de nombreux  projets e-business permettant le suivi des commandes des clients directs de l’entreprise. (outil automatisé). Nous avons jugé nécessaire d’interviewer cet acteur économique car son entreprise développe des relations exclusivement B2B.

Q1) :Pouvez- vous présenter rapidement votre parcourt ainsi qu’une journée type  au sein Schneider Electric ?

 j’ai occupé pas mal de postes et de métiers différents dans ma vie, mon dernier métier consiste sur le déploiement du système d’information à l’Europe, c’est-à-dire que je travaille sur le projet ONE qui est un projet d’entreprise. Dans ce projet d’entreprise il y a la volonté de standardiser le système d’information à l’international. J’ai travaillé sue du back office mais là je travaille plutôt sur du front office. On standardise en agrémentant le CRM. Je suis spécialisé sur la partie customer relation. Traitement de la commande, facturation, en réalité tout ce qui est en rapport avec le client de l’usine.

 

Q2 :Les portails Web du Groupe offrent un panel de services e-commerce et d’informations pour vos clients. En 2009 Scheider Electric a développé un nouvel outil  CA SiteMinder® Web Access Manager. En quoi cet outil a-t-il fait évoluer  vos relations B2B ?

Nous avons développé cet outil pour deux raisons : Assurer une sécurité à nos clients et leurs proposer un portail d’informations avec de nombreux services dédiés.  Nous mettons en place des sites de commerce avec nos partenaire, prise de commande en automatique , volet de clients dit sensibles, car le volume de commande est  important… c’est pourquoi on leurs à permis de passer commande sur internet via un site de commande. Chez nous on à un outil de CRM qui nous viens des USA, il se nomme VENTIV. Le site web France est connecté avec le CRM comme le portail d’identification client  permettant d’avoir un               front-office dédier et personnalisé par type de clientèle, c’est du profiling. Il y à des grandes familles de clients, qui on accès a des informations dédiés.

 

La satisfaction passe par trois critères : la rentabilité, la sécurité et la disponibilité. Il est indispensable de pendre l’offre la plus adapté à la demande avant même la recherche d’information des clients. Aujourd’hui,  nous sommes capables de  proposer un produit adapté grâce au profiling fait au préalable. Nous avons des experts compétents pour chaque requête du client.

Q3) :Depuis plusieurs années les entreprises  surveillent de plus en plus leurs e-réputation sur le web. Comment avez-vous perçue cette évolution par rapport à votre activité ?     

il y a des volets communautaires avec des clients sur lesquels on s’appuie, à la fois pour veiller et pour construire une réputation en la faisant participer, il y a tout un management communautaire. Ça c’est le premier point. Le second est qu’il y a une sensibilisation interne de vigilance pour que chaque publication soit bénéfique pour l’entreprise. Il y a d’autre part des outils de veille, de médisance, et une veille qui se fait pour estimer la réputation de l’entreprise, on identifie d’où provienne ces avis et on soigne cette partie pour qu’elle continue à déblatérer de façon positive. Ce volet est sous-traité. La E réputation, aujourd’hui c’est une culture interne de l’entreprise et des outils de veille qui sont mis en place.

Q4) :Quels conseils donneriez-vous à une entreprise qui souhaite définir un plan de veille ? Pensez vous qu’il faille internaliser ou externaliser la gestion de l’e-réputation ?

La taille de l’entreprise dépend beaucoup de la mise en place d’un plan…, il faut bien définir le cahier des charges de ce que l’on cherche pour ne pas se dispersé. Est ce que l’on est dans la protection ou la promotion ?, Il faut  définir ce que l’on cherche pour mettre en place des outils de veille adéquat. Dernier volet, si on veut aller plus loin il faut créer une dynamique autour de la e réputation, charte interne. Danone avait souffert d’une mauvaise    E-réputation, et a fait appel à des spécialistes pour enterrer cette mauvaise réputation, en créant du contenu : « technique de la noyade ». Transformer les médisances en points positifs

Q5) :D’après votre expérience comment peut-on facilement anticiper une crise par l’intermédiaire des outils de veille ? (polémique sur une marque, mauvais buzz, rumeurs) ?

Il faut avoir un système d’alerte très réactif, veille sur son nom. Comment je réagi ? et avec quels moyens ? Il faut avoir une structure capable de communiquer. Attaque d’un serveur sur un site web, quelle est le plan B, la stratégie de replis. Je pense que les grandes entreprises ont commencé à aborder le sujet depuis 3-4 ans, par contre les niches et les PMI sont complètement larguées, elles ne savent pas organiser une veille, alors qu’il y a des moyens strictement gratuit qui permettent de le faire, avant de faire quelque chose sous-traité il y a des petites choses à faire soi-même.(Google alerte/ Alterti)

Q6 : Le regroupement et la surveillance des données transmissent par les internautes sur les réseaux sociaux  peuvent ils poser des problèmes éthiques?

Je pense que la E-réputation, c’est une éducation, il faut maitriser son image. Une entreprise demain, CV, lettre de motivation, elle s’en fou, elle n’en aura plus besoin à l’avenir. Avec les outils de recherche publique ou professionnelle. Si demain vous voulez valoriser votre image, cela devra se faire sur internet. Il y a une grosse polémique, twitter utilise les données a des fins commerciale, il ne faut pas être dupe. On ne peut pas y échapper car si ce n’est pas vous qui donner de l’info c’est quelqu’un d’autre qui le fera à votre place. Google alerte apparait comme un outil très intéressant et gratuit.

 

«  Pour ne pas avoir de chardon dans le jardin, il faut entretenir le jardin ! »


Répertoire des outils de recherche dédiés aux Entreprises

Les usages des outils  en B2B

 

Selon la définition que peut donner l’association Française de normalisation (AFNOR) concernant la recherche d’information en BtoB, c’est-à-dire la veille. Elle apparait comme « une activité continue en grande partie itérative à une surveillance active de l’environnement, pour anticiper les évolutions ».

D’autre part comme l’a expliqué le site Weka.fr, la veille se décompose en plusieurs étapes :

– Définition et identification des besoins

– Collecte d’informations

– Traitement, analyse et synthèse des informations collectées

– Diffusion des informations

La veille acquiert tout son sens dans sa finalité : Fournir une information pertinente à la personne désirée et au moment choisit.  La veille la plus généralisée dans les structures professionnelles est la veille stratégique. Celle-ci permet aux responsables de bénéficier d’un ensemble d’information .Cependant la veille peut se décliner en plusieurs catégories en sein d’une entreprise grâce à une typologie bien définie :

–       La veille concurrentielle :

Elle vise à étudier l’évolution de l’univers concurrentiel dans son ensemble mais plus particulièrement les concurrents directs et indirects, potentiel et actuel, de l’entreprise. Elle permet notamment aux dirigeants de comparer les stratégies des concurrents et d’identifier leurs avantages compétitifs.

Cette veille porte sur la politique de prix des concurrents, le choix des fournisseurs, la politique de recrutement, la stratégie d’entreprise ainsi que les moyens de communication. La veille concurrentielle peut être utilisé comme un outil de benchmarketing si l’on souhaite mener des comparaisons rapprochées entre produit, service ou méthode de production. (Ex : Kompass)


–       La veille fournisseur :

La veille fournisseur a pour premier objet d’identifier l’ensemble des fournisseurs auxquels l’entreprise peut faire appel, et de les évaluer sous plusieurs dimensions   afin de choisir ceux qui répondent le mieux à ses besoins. Elle fournit une information indispensable à une bonne négociation des contrats fournisseurs, et constitue le socle sur lequel la décision d’internalisation ou d’externalisation de certaines activités peut être prise. (Ex : doubleveille)

–       La veille commerciale

La veille commerciale fait référence à la surveillance d’information concernant les clients, les prospects, aux fournisseurs et aux distributeurs. Cette veille vise à faire l’état des lieux de l’activité commerciale des concurrents. Elle étudie le volume de vente, les nouveaux produits, la signature de contrat.

Elle est usuellement mise en place lorsqu’une entreprise souhaite suivre l’évolution du marché, identifier de nouveaux prospects et pouvoirs de ce fait influencer sur le pouvoir de négociation avec les autres acteurs de son environnement économique.

–       La veille marketing

La veille marketing s’intéresse à l’évolution d’un marché, au comportement des consommateurs, à l’évolution des leurs attentes, à la communication des concurrents et de ce fait aux retombées de ces propres campagnes marketing. La veille marketing permet notamment d’identifier de nouveaux marchés, de proposer de nouveaux produits et d’accompagner le lancement d’un nouveau bien ou service.

–       La veille d’E-réputation

La veille d’image renvoie à l’image positive ou négative qu’il se fait, d’un produit/service, marque, entreprise. Elle inclut aussi la surveillance de la notoriété des dirigeants. L’E-reputation concerne l’image de marque (positive ou négative) sur internet. On parle également d’identité numérique. Depuis le web 2.0, la E-réputation à pris une part prépondérante dans les actions de veille que mènent aujourd’hui les entreprises.

Outils payants : Radian 6 / AMI Software

Outils gratuits : Alerti / WEBMII

–       La veille technologique

Elle permet de glaner des informations concernant l’évolution des normes et l’évolution des technologies (brevets, nouveaux process).

Cependant il ne faut pas confondre veille technologique et espionnage industriel, la veille technologique se sert de moyens légaux et d’informations ouvertes.

De nos jours la majorité des brevets sont publiés en langue Anglaise il est donc important de pouvoir consulter une veille multilingue anglais, espagnol, allemand, français et japonais. l’OMPI : ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE a mis en place ce système de veille brevet multilingue.

L’outil  « Patenscope » est libre d’accès et permet une traduction automatique dans la langue choisie puis le moteur de recherche sélectionne alors les brevets les plus performants.

 

–       La veille juridique :

La veille juridique consiste à surveiller les lois, la législation dans son ensemble, la jurisprudence et la contrefaçon. L’idée de cette veille est d’être en conformité avec la règlementation en vigueur.

Outils : http://www.conseiljuridique.eu/ / http://www.senat.fr/lettre/lettre_presentation.html



Vos concurrents vous font défaut ? Inversez la donne !

Cet outil est destiné à tous ceux qui cherche de l’information sur internet, de manière intuitive et qui souhaitent devenir plus performant (trouver de l’information pertinente, plus rapidement)

Brainsfeed est un outil payant mais très complet qui propose plusieurs branches dont une qui nous concerne directement, il s’agit de la branche FeedOpia.

FeedOpia propose aux entreprises la mise en place d’un système automatisé de veille (surveillance régulière, organisée et stratégique des concurrents des entreprises, des environnements législatif et normatif, de l’environnement technologique …). Pour atteindre cet objectif Brainsfeed met en place et maintien, sur le web, un système automatisé de sources d’information, sur les sujets dont l’entreprise à besoin, qui vous transmet automatiquement toutes nouvelles informations relatives à ces sujets.

Les bénéfices que l’entreprise peut retirez de ce système sont :

– prendre une avance concurrentielle importante sur les concurrents, grâce à une information pertinente obtenue rapidement qui permet de prendre les bonnes décisions

– rester informé, sans devoir investir dans l’apprentissage du Web, de ses outils et de ses sources d’informations

– Ne pas s’inquiéter des aspects techniques

– Permet de se focaliser sur l’information et son analyse

La note du Crew pour cet outil : 8/10